Bienvenue sur le site de l'Institut prive du viager


Pourquoi de telles différences entre ces espérances de vie ?

Ceux qui vendent en viager (immobilier ou capital) espèrent vivre longtemps d’où un phénomène « d’anti-sélection » des vendeurs qui justifie les tables des espérances de vie utilisées par les compagnies d’assurances pour les rentes viagères financières.
En effet, les personnes qui ont de sérieux doutes sur leur état de santé ne vendent généralement pas en viager, sauf lorsqu’elles y sont contraintes pour des raisons financières.

Celles des compagnies d’assurance, même si elles sont justifiées nous semblent quelquefois excessives, à titre d’exemple un « jeune couple «  de 70 ans a aujourd’hui une espérance de vie de 25,41 ans.

Les tables d’espérance de vie de l’INSEE s’appliquent, elles, à l’ensemble des Français, quel que soit leur statut social, leur état de santé, donc sans aucune correction à la différence des tables des compagnies d’assurance utilisées pour les rentes viagères.

C’est pourquoi, on peut très bien prendre également, pour les calculs, d’autres espérances de vie.

Les acquéreurs seront très prudents avec les vendeurs aux très grands âges. En effet pour les acquéreurs, à la différence des compagnies d’assurances, la loi des grands nombres ne joue pas : acquéreurs et vendeurs sont en face à face direct, avec la chance d’un gain ou le risque d’une perte. Bien entendu les vendeurs souhaitent vivre longtemps.
Au vendeur en mauvais état de santé, le viager n’est peut-être pas la bonne solution : nous l’aiderons à choisir un autre mode de vente.

Aux grands âges, plus de 90 ans, les acquéreurs souhaiteront souvent prendre une espérance de vie supérieure à celle ressortant des tables de d’espérance de vie.